DRÔLE DE DAME À MONTE-CRISTO, pièce montée par Jean-Pierre Jumez
       
   
   


Michèle KAHN

- Michèle Kahn, Dame McKrane a laissé une fortune considérable. Est-ce de la générosité ?

- C'est plutôt de l'égoïsme, car on ne fait jamais que ce que l'on a envie de faire.

- Autrement dit, donner, c'est en quelque sorte acquérir ?

- Non, c'est se faire plaisir.

- Mais êtes-vous sûre que ce soit la même chose pour tout le monde ? II y a des gens qui ne se font jamais plaisir.

- On ne le sait pas, qu'on se fait plaisir. On croit être altruiste, mais c'est soi-même qu'on vénère.

- Vous laissez la voie ouverte à l'ingratitude !

- Je vous trouve bien ingrat.

- Le trésor est fabuleux, elle se fait plaisir. Cela va-t-il servir la cause de la littérature ?

- Tout sert la cause de la littérature. et surtout ce que vous faites en interviewant les auteurs.

- Et le fantôme ?

- Je suis sûre qu'il est présent. Quelqu'un a défait le nœud de ma blouse. Quelqu'un a pincé ma fesse gauche. Qui d'autre que le fantôme d'Alexandre Dumas pourrait se permettre de telles familiarités ?

 


- Le fantôme est donc sexué ?

- Alexandre Dumas l'était certainement !

- Ce fantôme vous a donc beaucoup touchée. C'est une grande journée pour vous ?

- D'autant que j'écris entre autres des livres pour enfants, et que j'en parle souvent.

- Ces histoires de fantômes sont-elles un service à rendre aux enfants ?

- Absolument. Parce que cela leur ouvre les portes de l'imaginaire, et l'imaginaire, c’est ce qui construit la créativité de chacun. On a besoin de créativité pour tous les métiers qu'on exerce.

- Mais quand vous dites " imaginaire ", vous dites que le monde se divise en deux plans, l'imaginaire et le concret. Ces deux plans ne peuvent-ils pas se rejoindre quelque part ?

- Tout à fait. J'écris sur la crête entre le réel et l'imaginaire. La vie est baignée des deux. Pendant que nous parlons, chacun a dans la tête son cinéma imaginaire. Nous sommes dans les deux.

- Les fantômes d'il y a vingt ans sont-ils les mêmes qu'aujourd'hui, dans la tête des enfants ? Est-ce que le monde ne se défantômise pas ?

- A chacun son fantôme. Mais il est vrai que le monde se pasteurise. Nous allons lutter,... par la littérature, bien entendu.

 

 


 

 


 
 
             
     
                   
Authored and hosted by EDIT Online - Copyright © 1996-2010 Edit - Easy Does I.T. - Internet & Translation. All rights reserved.