POÉSIE


 

NE ME DEMANDEZ PAS POURQUOI

Poème de Michel Auvent, dédié à Jean-Pierre Jumez


J'aperçois le soleil, les arbres et les toits.

Mes mains sous la flamme vivante des chemins.

Et voilà les cîmes qui s'agitent dans toutes les radios.

C'est le programme cheminant de la guitare contre mon sein.


Un moment, les nuages tout d'un coup se dérangent,

Je vois de main en main un soutien de ma gorge.

C'est la fête dans les autres âmes, les autres âges.

Parle-moi de faire l'amour avec les cordes de l'adage.


Je fais les couleurs de la vie dans les rythmes,

Avec l'expérience de ces années aux fruits défendus.

J'ai cueilli l'alizé et alimenté l'algorithme,

L'ivresse s'accélère parmi toutes les voix confondues.


Le créneau de mes dièses et de mes bémols sous les bois.

La nuit magique, l'alternance de la vérité et du péché.

Il faut tant aimer, pour supplier ces cordes entresmes doigts ;

Les petites pluies dans le repos du vin bien-aimé.


J'aperçois les orages, les tornades et les joies

Que je clame dans les longueurs, l'âme minutieuse.

C'est le dîner au champagne avec une icône rieuse.

Mais il faut dire : "Ne me demandez pas pourquoi."


Authored and hosted by EDIT Online - Copyright © 1997-2019 Edit - Easy Does I.T. - Internet & Translation. All rights reserved.